FagorBrandt : la justice autorise une reprise par Cevital

Le groupe algérien Cevital, les banques et l'Etat vont investir au total 200 millions d'euros pour permettre le redémarrage de la société FagorBrandt, a indiqué mardi à l'AFP le ministre de l'Economie, Arnaud Montebourg. Le fonds de résistance économique, lancé à l'automne dernier pour venir en aide aux groupes en difficulté, va octroyer un prêt de 47,5 millions d'euros à la nouvelle entité, qui s'appellera Brandt France, inclus dans les 200 millions, le reste étant apporté par Cevital et les banques, a détaillé le ministre.
 
"Ce prêt sera remboursé par Cevital", a assuré le ministre, après le feu vert du tribunal de commerce de Nanterre à la reprise de FagorBrandt par le groupe algérien et deux autres sociétés, sauvegardant ainsi 1.420 emplois sur 1.800. "Il y a une bataille pour les marques et l'emploi qui ont été difficiles", a reconnu M. Montebourg. "Pour nous, c'est une victoire du Redressement productif", s'est-il félicité, rappelant les succès précédents de son ministère avec l'usine d'aluminium de Saint-Jean-de-Maurienne, le groupe chimique Kem One ou encore le papetier Sequana.
 
Selon lui, dans tous ces dossiers, "nous avons été activistes et banquiers à la place des banques. Sans le fonds de résistance économique, la plupart de ces entreprises auraient été directement à la liquidation", a-t-il déclaré. Le ministre a confirmé son intention de se rendre "rapidement" sur les deux sites de FagorBrandt en Vendée, repris par les sociétés régionales Variance Technologies, une PME de plasturgie, et S20 Industries, permettant ainsi le maintien de 220 emplois, soit la moitié des effectifs concernés.  "Nous avons deux ans pour réussir tous ensemble la mutation industrielle de ces deux sites avec les élus locaux, les salariés, Cevital et nous", a-t-il déclaré, soulignant que le groupe algérien avait "accepté de financer le maintien de l'activité" en Vendée.  Le ministre se rendra sur place pour discuter "avec les salariés et les élus pour monter la stratégie de la reconversion industrielle sur les deux sites".


 

Hollande serait derrière Sarkozy et Marine Le Pen en cas de présidentielle

Montage photo (de gauche à droite) : François Bayrou, Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon, François Hollande et Nicolas Sarkozy

Si le 1er tour de la présidentielle avait lieu dimanche prochain, selon un sondage OpinionWay pour Le Figaro et LCI, le président sortant obtiendrait 19% des suffrages et serait devancé à la fois par Nicolas Sarkozy (29%) et Marine Le Pen (25%). Avec 11%, Jean-Luc Mélenchon serait le seul autre candidat à dépasser la barre des 10%. Au second tour, Nicolas Sarkozy obtiendrait 67% et Marine Le Pen 33%. 33% n'ont pas exprimé d'intention de vote.
 
S'il était au second tour, François Hollande serait écrasé par Nicolas Sarkozy (39% contre 61%) et battrait Marine Le Pen, mais par une marge relativement étroite (54% contre 46%).  D'autre part, 83% des personnes interrogées se déclarent mécontentes de l'action de François Hollande (9 points de plus qu'il y a un an), et 17% (- 9) se disent satisfaites. La lutte contre le chômage est le domaine qui suscite le plus de mécontents (88%), la manière dont François Hollande défend les intérêts de la France à l'étranger suscitant le plus d'approbation, tout en ne recueillant que 35% d'avis positifs.
 
Le qualificatif de "normal" est celui qui correspond le mieux au président de la République, pour 43% des Français, 57% trouvant qu'il lui correspond mal.  Dans des proportions frôlant ou dépassant les 80%, les personnes interrogées trouvent que François Hollande n'est pas capable de rassembler les
Français, n'explique pas bien son action, ne sait pas où il va, ne dit pas la vérité aux Français, n'est pas à l'écoute des préoccupations de l'opinion. Par ailleurs, une majorité de 57% des Français estiment que la situation du pays "se détériore", 7% seulement jugeant qu'elle "s'améliore".  36% des personnes interrogées estiment que la situation de la France "ne change pas véritablement". Ce pessimisme est toutefois nettement moins fort qu'en avril 2013, lorsque 73% des Français jugeaient que la situation empirait.
 
Sondage réalisé en ligne du 11 au 13 avril auprès d'un échantillon de 1.023 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas. Marge d'erreur de deux à trois points.

Hulot juge “effrayant” le silence après le rapport sur le climat du Giec

"Consternant", "irresponsable", "effrayant"... Les mots utilisés par Nicolas Hulot sont forts pour décrire les nouvelles conclusions du Giec sur le climat. Invité du 20h de TF1 le militant écologiste a vivement critiqué le "silence" politique sur le sujet.  Pourtant, le dernier volet du rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) est alarmant. Le groupe d'étude évoque une augmentation des températures allant de 0,3 à 4,8° selon les quantités de gaz à effet de serre émises dans l'atmosphère. Mais le réchauffement climatique devrait aussi provoquer une élévation du niveau de la mer et engendrer une érosion des littoraux.

Nicolas Hulot estime que ce rapport "nous dit que nos modes de vie sont en danger, que nos enfants vont être précipités dans un monde chaotique si on ne fait rien". Autre conséquence du réchauffement climatique que pointe le Giec : l'accroissement des phénomènes climatiques extrêmes comme les cyclones, les sécheresses et les pluies diluviennes. Ces phénomènes ne seront pas sans conséquences, puisque selon les experts ils entraîneront une insécurité alimentaire élevée, avec des rendements agricoles en baisse constante et des pénuries d'eau dans le sud de l'Australie, en Afrique et en Asie.

Vidéo. Depuis 20 ans, des experts alertent sur le réchauffement climatique

Pourtant, "il y a des solutions" selon Nicolas Hulot. A l'échelle nationale d'abord, "la France peut être leader, on peut doper notre économie, réindustrialiser notre pays pour faire face aux changements climatiques" estime-t-il.

"La mutation écologique ne s'accomodera pas de petits comportements politiciens"

Le militant écologiste dénonce surtout l'inaction politique et l'absence d'union entre les partis sur le sujet. "Il faut qu'on laisse les armes aux vestiaires, parce que la mutation écologique ne s'accommodera pas de petits comportements politiciens" ajoutant que cette "pratique politique n'est pas digne, compte tenu de la menace qui pèse sous nos épaules".

La menace semble pourtant bien réelle, puisque le Giec prévoit des problèmes sanitaires en hausse dans les pays en développement, mais aussi des risques accrus d'extinctions et notamment une hausse de la mortalité des arbres. Avec les changements climatiques, les experts soulignent aussi un risque de conflits exacerbés autour des ressources naturelles comme l'eau ou les hydrocarbures.

Le défilé Victoria’s Secret déménage à Londres : le Prince Harry fera-t-il partie des invités ?

La dernière fois que les Anges ont quitté le continent américain pour leur traditionnel défilé, c'était à Cannes en 2000. Quatorze ans plus tard, le Victoria's Secret Fashion Show, qui fêtera cette année sa 20e édition, s'exporte de nouveau en Europe. Direction Londres ! Pour lever le voile sur son "secret", qu'elle avait évoqué sur les réseaux sociaux, la marque de lingerie américaine avait fait appel mardi à deux de ses Anges les plus célèbres.

Adriana Lima et Candice Swanepoel, qui avait porté l'an dernier le Royal Fantasy Bra - le soutien-gorge d'une valeur de plusieurs millions de dollars, pièce central du défilé  - ont fait part de leur déménagement depuis l'une des boutiques VS de la capitale anglaise. "Yessss!", a dû répéter la Brésilienne tout en hochant la tête face à la surprise des personnes présentes.

Le Fashion Show sera filmé à Earl's Court

Le défilé aura lieu à la période des fêtes à Earl's Court, sorte de centre des expositions, au cœur de Londres.  Comme chaque année, il sera filmé pour la chaîne américaine CBS. La date de diffusion ainsi que les artistes choisis pour animer le show, seront communiqués ultérieurement. Les invitations VIP ont elles déjà été lancées.

Enfin, au moins une. "J'aimerais aussi inviter le Prince Harry, s'il voulait venir", a lancé Adriana Lima avant que Candice Swanepoel, la main près du visage comme si elle faisait une confidence, n'ajoute tout bas : "Il a une place au premier rang". Le frère de William sera sûrement ravi. Sa petite amie Cressida Bonas sans doute un peu moins.

 

 

 Les Anges Candice Swanepoel et Adriana Lima annoncent depuis Londres, le 15 avril 2014, que le défilé 2014 de Victoria's Secret aura lieu à Londres. 

 

En attendant le défilé 2014, retrouvez les meilleurs moments de l'édition 2013 dans le player vidéo ci-dessus.

A voir aussi : EN IMAGES. Le meilleur du défilé Victoria's Secret 2013

 

Elu nouveau patron du PS, Cambadélis demande aux socialistes “de se bouger”

Jean-Christophe Cambadélis, qui sauf surprise s'apprête à succéder à Harlem Désir comme premier secrétaire du Parti socialiste, a annoncé la tenue d'"Etats généraux des socialistes" pour "reformuler le projet" devant le parlement du parti mardi. Dans un tweet il a promis: "Nous reformulerons notre projet socialiste par des Etats généraux des socialistes".

Il a aussi proposé "une conférence militante" lors de laquelle "l'orientation politique sera discutée", devant le parlement du parti réuni à huis clos à l'Assemblée nationale. Il a également annoncé que l'eurodéputée Pervenche Bérès serait la tête de liste des socialistes aux élections européennes pour la région Ile-de-France, en remplacement de Harlem Désir. "L'austérité de Bruxelles est une erreur, imposons par notre vote une nouvelle croissance", a-t-il lancé.
 
Celui qui  doit tenir les rênes de Solférino à titre transitoire jusqu'au prochain congrès a également annoncé, comme prévu, une équipe resserrée, un secrétariat provisoire qui sera de "30 membres". Sur la forme, il a proposé que le bureau national du PS exécutif se réunisse les samedi au lieu des mardi et que le Premier ministre vienne "échanger avec nous". "Je saurai travailler à l'unité et à un mode de direction collégiale", a-t-il assuré, soulignant que "le rassemblement de la gauche, c'est le domaine partagé dans le PS". Le député de Paris a aussi anoncé "trois rendez-vous: sur la fracture territoriale et les moyens de la surmonter, sur l'entreprise et sur la culture".  "Je vous appelle à +refaire parti+ par et pour les militants", indique-t-il encore sur twitter.

L’Assemblée confère aux animaux la qualité “d’êtres vivants”

Mardi, l'Assemblée nationale a reconnu aux animaux la qualité "d'êtres vivants doués de sensibilité", alors que le Code civil les considérait jusqu'à présent comme "des biens meubles". Actuellement, le code rural et le code pénal "reconnaissent, explicitement ou implicitement, les animaux comme des êtres vivants et sensibles" mais pas le Code civil, expliquent les auteurs de l'amendement, dont le député PS des Hautes-Pyrénées Jean Glavany. Leur texte s'inscrit dans le cadre d'un projet de loi de modernisation et de simplification du droit, qui sera soumis au vote dans l'hémicycle, mardi soir et mercredi.
 
Selon ses auteurs, l'amendement doit permettre de "concilier la qualification juridique et la valeur affective" de l'animal. "Pour parvenir à un régime juridique de l'animal cohérent, dans un souci d'harmonisation de nos différents codes et de modernisation du droit, l'amendement donne une définition juridique de l'animal, être vivant et doué de sensibilité, et soumet expressément les animaux au régime juridique des biens corporels en mettant l'accent sur les lois spéciales qui les protègent".
 
Pour la Fondation Brigitte Bardot, ce n'est pas "une révolution"
 
Mais la Fondation Brigitte Bardot tempère les effets de cette modification, estimant qu'il s'agit d'une "simple évolution juridique" et "en aucun cas une révolution pour les animaux". "Que le statut de l'animal passe de bien meuble à être vivant doué de sensibilité est normal. Ce qui est anormal en revanche, c'est de ne pas l'avoir fait plus tôt", a déclaré Christophe Marie, porte-parole de la Fondation. Et de conclure : "Il s'agit simplement d'harmoniser les textes, mais en aucun cas de remettre en cause l'exploitation animale".
 
Cette modification législative est le résultat d'une pétition lancée il y a près de deux ans par la fondation de protection animale 30 Millions d'amis, et qui a reçu le soutien de plusieurs intellectuels. D'après un sondage Ifop, réalisé fin octobre pour 30 Millions d'amis, 89% des Français sont favorables à une telle modification du Code civil. A la même période, une vingtaine d'intellectuels français s'étaient prononcés en ce sens. Il s'agissait notamment des philosophes Michel Onfray et Luc Ferry, de l'écrivain Erik Orsenna, de l'Académie française, de l'astrophysicien Hubert Reeves, président d'Humanité et Biodiversité, et de Matthieu Ricard, moine bouddhiste et docteur en génétique cellulaire.

A l’UMP, sur l’Europe, chacun joue sa propre partition

Image d'illustration.

A six semaines des élections européennes, l'UMP ne parvient pas à identifier sa ligne politique. Pire, ses membres ne cessent de se diviser. Guillaume Larrivé, directeur de la campagne de l'UMP aux élections européennes, a d'ailleurs bien du mal à porter les opinions de son parti sur ce sujet. Après avoir présenté lundi "une ligne euroréaliste", il a tenté d'en expliquer la logique : "Parce que nous sommes patriotes, nous sommes européens". Une phrase qui, prononcée en février par Geoffroy Didier, n'avait déjà pas réussi à convaincre les différents ténors.

Par une boutade, Jean-Michel Aphatie résumait lundi la situation. Alors qu'il recevait Bruno Le Maire sur RTL, le journaliste identifiait "autant de discours sur l'Europe que de dirigeants de l'UMP". Et en effet, sur plusieurs sujets, l'Europe divise l'UMP.

Alain Lamassoure, une candidature qui dérange ?

Henri Guaino est connu pour être un farouche eurosceptique. Alors à l'approche des élections européennes, le député des Yvelines a décidé qu'il ne soutiendrait pas la candidature d'Alain Lamassoure, actuel député européen et candidat européen de la région Ile-de-France. Invité sur France 24 le 3 février, le candidat dénonçait "la pensée unique d'Henri Guaino, pas partagée par la majorité des dirigeants de l'UMP".

Alors qu'Henri Guaino l'accusait d'être trop fédéraliste, Alain Lamassoure se défendait : "Il se trompe, je ne suis pas fédéraliste, je suis pragmatique". Pas convaincu, Henri Guaino a déjà fait savoir qu'il boycotterait les élections européennes, pour ne pas soutenir le candidat. "Alain Lamassoure incarne l'Europe d'aujourd'hui, celle dont plus personne ne veut. Je ne voterai pas pour l'incarnation d'une ligne qui est à l'opposé de l'intérêt du pays" a-t-il expliqué le 2 avril sur Public Sénat.

Resserrer l'Europe en écartant le Luxembourg ?

"Europe, il faut tout changer". Le titre du nouvel ouvrage de Laurent Wauquiez est sans équivoque. Aujourd'hui, cet ancien pro-européen plaide pour une Europe resserrée, structurée autour d'un noyau dur de six pays. En plus d'écarter la grande majorité des pays membres, le vice-président de l'UMP "sort" aussi le Luxembourg, qu'il considère comme "un pays très artificiel", comme le rapporte Le Figaro ce mardi. 

Il n'en fallait pas plus pour s'attirer les foudres de Nadine Morano. "Il ne faut pas avoir deux sous de jugeote pour expliquer que l'Europe marcherait mieux sans le Luxembourg", juge la tête de liste européenne pour la circonscription Est. Xavier Bertrand a lui aussi dénoncé les propos de son collègue UMP. "On ne s'en sortira pas en revenant 50 ans en arrière. Ce n'est pas comme cela qu'il sera possible de construire l'Europe, soyons réalistes !", a asséné le député de l'Aisne dans le Journal du Dimanche du 13 avril.

Quelle place pour l'axe franco-allemand ?

Xavier Bertrand voudrait-il balayer d'un revers de main l'héritage de Nicolas Sarkozy ? Il est l'un des rares UMP à militer pour une réduction de l'importance de l'axe franco-allemand. En décembre 2013, il déclarait ainsi sur RTL que "le couple franco-allemand ne peut pas résumer toute l'action européenne". Dimanche, dans le JDD, il confirmait ses propos, en assurant que ce binôme était "important, mais ne devait pas être l'alpha et l'oméga de la vision française" de l'Europe.

A nouveau, Nadine Morano monte au créneau. "Quand l'Europe avance, c'est sous l'impulsion de la France et de l'Allemagne", note la candidate européenne dans Le Figaro de ce mardi. Et elle n'est pas la seule à défendre cette ligne, symbolisée par le couple "Merkozy" lors du précédent quinquennat. En mai 2013, Jean-Pierre Raffarin et Luc Châtel plaidaient même pour la création d'une fédération franco-allemande ainsi que "d'un vrai ministère des Finances européen".

Nicolas Sarkozy pour remettre de l'ordre ?

Pour sortir l'UMP de ses querelles internes, Jean-François Copé a décidé de clarifier la ligne européenne du mouvement lors des réunions du parti prévues cette semaine. Mais ce programme ne semble pas suffire à François Baroin. Invité dimanche du Grand jury RTL-LCI-Le Figaro, le député de l'Aube en a appelé à Nicolas Sarkozy. "Je souhaiterais entendre sa voix, avant les élections européennes, à la lumière du débat qui est en train de s'installer dans notre famille politique", a-t-il déclaré.

Mais même sur ce sujet, l'UMP s'écharpe. Car si Brice Hortefeux soutient François Baroin, estimant que Nicolas Sarkozy est "évidemment légitime pour s'exprimer" et que "sur l'Europe, sa parole est utile et attendue", Bruno Le Maire se fait cinglant. "Nous n'avons pas besoin de l'apport de personnes qui, en plus, sont libres", a-t-il fait savoir sur RTL le 14 avril.

Dans la Casbah d’Alger, l’heure est au fatalisme

Dans la Casbah, la vieille ville d'Alger, l'inquiétude est palpable. A deux jours des élections présidentielles, les habitants se sentent désabusés par la politique algérienne. Dans les années 90, ils ont soutenu les islamistes. Aujourd'hui, ils observent et commentent l'actualité. Ils s'inquiètent de l'avenir, notamment pour la nouvelle génération. "Les jeunes sont diplômés mais il n'y a pas de travail" déplore l'un d'entre eux. "Il faut changer ou ça va tomber" se désespère son ami.

Le logement, inquiétude majeure des Algériens

Un autre problème préoccupe les Algériens : la crise du logement. Le gouvernement  fait campagne sur cette crise, qu'il espère résorber définitivement au terme d'un quatrième mandat du président-candidat Abdelaziz Boutfelika. 

C'est un sujet qui tracasse tout particulièrement les habitants de la Casbah. Dans cet arrondissement de la capitale, la moitié des maisons se sont effondrées au fil des années. Malgré un programme de rénovation en cours, tout semble compliqué à mettre en œuvre. Certaines personnes attendent depuis plusieurs années la réhabilitation de leur logement. "Ils me demandent de sortir, mais je ne peux pas quitter les lieux, je n'ai pas d'argent." Khaled n'a pas les moyens de louer ailleurs et les choses n'avancent pas.

Certains veulent partir et quitter ces maisons où ils s'entassent à plusieurs familles. Mais obtenir un logement n'est pas chose facile. "Nous avons fait des dossiers à la mairie et on attend depuis maintenant 2001" s'agace Nassera, une habitante du vieil Alger.

Vers une abstention record dans la Casbah

Près de 23 millions d'Algériens sont donc appelés ce jeudi aux urnes pour élire leur président parmi six candidats. Malgré ses ennuis de santé, Abdelaziz Bouteflika apparait comme le favori. Bien plus que la réélection annoncée de celui qu'on surnomme le "mort-vivant", c'est le niveau de l'abstention et le déroulement du scrutin qui sont attendus.

A la Casbah, "la plupart des habitants n'iront pas voter" rapporte l'envoyée spéciale de TF1. Pour ces fatalistes, il n'est pourtant pas question de sortir manifester ou de protester.

Un distributeur automatique de cannabis : le Colorado l’a fait

Si vous n'y avait pas pensé, un entrepreneur américain l'a imaginé pour vous : Stephen Shearin a inventé le premier distributeur de cannabis, le ZaZZZ. Lancé par l'entreprise American Green, spécialiste du chanvre indien, la machine a été installée dans la pharmacie Herbal Elements dans le Colorado. Il met à disposition de l'herbe, de la marijuana comestible, et tout autre produit dérivé de cette plante : chocolat, thé, bonbons... La marijuana a créé un vrai marché lucratif dans le Colorado pour le plus grand plaisir de ses adeptes.

Pas d'inquiétudes concernant les mineurs : l'entreprise a développé un système scannant le permis de conduire et des caméras pourraient par la suite vérifier si la personne est vraiment détentrice du papier d'identité par un système biométrique.

Cette sortie se fait à peine quelques mois après la légalisation du cannabis à des fins récréatives autorisée par le gouvernement du Colorado le 1er janvier 2014. Et aucuns regrets du côté du petit Etat américain, qui a reçu pas moins de 3,5 millions de dollars d'impôts pour le seul mois de janvier grâce à cette légalisation.  

Johnny Hallyday, Eddy Mitchell et Jacques Dutronc, “vieilles canailles” à Bercy en novembre

Un concert réunissant Johnny Hallyday, Eddy Mitchell et Jacques Dutronc ? La rumeur enflait depuis janvier et la publication par le premier, sur son compte Twitter, d'une photo du trio notamment légendée "Un beau projet en vue. "On peut dire que c'est Johnny qui a vendu la mèche", s'était amusé Eddy Mitchell en mars dernier sur RTL. Le principal intéressé, qui se trouvait en face de lui pour la promotion du dernier Lelouch Salaud on t'aime, avait évoqué leur "envie" de porter leur "complicité" sur scène.

C'est par un tweet que "ce projet de fin d'année" a été confirmé lundi. Pas par le taulier cette fois-ci mais par Thomas Dutronc, le fils de Jacques. Un simple "Yes!" accompagné de l'affiche du concert. Ou plutôt des concerts car les "Vieilles canailles" - c'est le nom du show - se produiront trois fois à Bercy, les 5, 6 et 7 novembre prochain. "C'est un peu ce que faisait Sinatra avec Dean Martin et Sammy Davis", le fameux le rat pack des années 1960, avait expliqué Johnny Hallyday sur RTL.

 

 

 

 

Dans l'attente de l'annonce officielle

Les trois artistes, qui n'ont jamais partagé la même scène, interpréteront leurs propres titres. C'est tout ce que Johnny Hallyday avait bien voulu dire le mois dernier. "Il y a nos chansons déjà", avait-il déclaré. Et un album commun par la suite ? "Pourquoi pas", avaient répondu en chœur Johnny Hallyday et Eddy Mitchell.

Sur l'affiche postée par Thomas Dutronc, on peut lire que l'ouverture de la billetterie est prévue pour le 25 avril à 10h. De quoi susciter la curiosité des fans ne trouvant pas l'information sur les sites de réservations. "Nous n'avons pas d'information, à ce jour, concernant cette manifestation", écrit ce mardi Bercy sur son compte Twitter. L'annonce officielle devrait être faite dans les prochains jours.

 

Le tweet de Johnny qui a "vendu la mèche"